L’OMS en 2010 a recommandé dans son guide une période 2 à 7 jours d’abstinence sexuelle avant de réaliser une évaluation du sperme dans le cadre d’un diagnostic. Cependant,  des études récentes ont suggéré qu’un délai plus court serait à privilégier dans le cadre thérapeutique de l’assistance médical à la procréation. Le délai d’abstinence a t’il une influence sur les paramètres spermatiques ?

    Une étude récente menée dans un centre d’AMP au Brésil a évalué l’influence du délai d’abstinence sexuelle sur les paramètres conventionnels du sperme mais également sur les paramètres fonctionnels notamment sur la fragmentation d’ADN des spermatozoïdes, la condensation de la chromatine spermatique, leurs fonctions mitochondriales (potentiel de membrane).

    L’étude a porté sur 2458 recueils de sperme d’hommes en cours d’exploration pour infertilité. Trois délais d’abstinence ont été comparés : moins de 2 jours, 2-5 jours, plus de 5 jours.

    L’étude révèle que lorsque le délai d’abstinence augmente, la concentration spermatique, le volume du sperme et le nombre de leucocytes augmentent de façon significative. Pour la mobilité progressive des spermatozoïdes et leurs vitalités, elles diminuent de façon significative lorsque le délai s’allonge. Le pourcentage de fragmentation d’ADN spermatiques ainsi que les lésions mitochondriales augmentent de façon significative avec le délai d’abstinence.

    Une des raisons évoquées est que l’allongement du délai d’abstinence conduit à l’accumulation et à une stagnation des spermatozoïdes dans l’épididyme ce qui augmente leurs expositions aux radicaux libres et aux stress oxydatifs et ainsi diminuent leurs mobilités, ainsi que leurs taux de fécondation.

    Certains auteurs ont montré que le fait de raccourcir le délai d’abstinence permettrait de diminuer le taux de fragmentation d’ADN et ainsi d’augmenter les taux de grossesses après assistance médicale à la reproduction. Inversement, lorsque le délai d’abstinence s’allonge, il y aurait une influence négative sur la condensation de la chromatine. Or, une chromatine mal condensée est plus vulnérable notamment à la peroxydation. Cependant on ne peut exclure des limites, liées à la méthode de dosage de la condensation de la chromatine.

    Pour conclure, l’allongement du délai d’abstinence  influence négativement la qualité du sperme et met en évidence des effets délétères sur ses paramètres fonctionnels.

Ref Gyneco on line,N° 78 février 2018 Dr Carine PESSA

Archives Actualités scientifiques